The Brahmayāmalatantra or Picumata. Volume I: Chapters 1–2, 39–40 & 83. Revelation, Ritual, and Material Culture in an Early Śaiva Tantra
:

Shaman Hatley

:
Institut Français de Pondichéry / Ecole française d’Extrême-Orient / Asien-Afrika-Institut, Universität Hamburg
:2018
:
xiv, 695 p.
:

Collection Indologie n˚ 133; Early Tantra Series n˚ 5

:

Sanskrit, English

:

978-81-8470-226-2 (IFP) / 978-2-85539-231-8 (EFEO).

:

1600 Rs (70 €)

:---

The Brahmayāmala or Picumata is one of the earliest surviving goddess-oriented (śākta) tantras, its core probably dating back to the late seventh or early eighth century. Though long forgotten, it is thus crucial to understanding the early history of the Tantric traditions. Spanning more than twelve-thousand verses and 104 chapters, this monumental work is transmitted in a beautiful Nepalese palm-leaf manuscript of the eleventh century, which forms the principal basis for this critical edition. Complementing volume II, edited by Csaba Kiss in the same series, this volume includes the first published edition and annotated translation of five chapters of the Brahmayāmala. The volume also presents pioneering studies on topics these chapters illuminate: Tantric Śaiva conceptions of revelation and the canon, the history of Tantric coital ritual, the mythology of Bhairava, and the iconography and symbolism of the skull-staff (khaṭvāṅga). As with other texts published in the Early Tantra Series, study of the Brahmayāmala helps reshape our knowledge of Tantric Śaivism and religion in early medieval India.

Brahmayāmala, Śaivism, Tantra

After completing an interdisciplinary liberal arts degree at Goddard College (1998), Shaman Hatley studied Indology and Religious Studies at the University of Pennsylvania, completing his doctorate in 2007 under the direction of Harunaga Isaacson. He taught at Concordia University, Montréal, from 2007 to 2015, and is now Associate Professor of Asian Studies and Religious Studies at the University of Massachusetts Boston. His research concerns Tantric Śaivism, yoga, and goddess cults in early medieval India. 


Le Brahmayāmala, connu également sous le nom de Picumata, est l’un des plus anciens tantra d’obédience śākta (centré sur le culte des divinités féminines), ses strates les plus anciennes pouvant dater du VII e ou VIII e siècle de notre ère. Quoiqu’il ait été longtemps plongé dans l’oubli, il s’agit d’un document essentiel à la compréhension de l’histoire ancienne des traditions tantriques. Cette oeuvre monumentale, qui s’étend sur plus de douze mille stances réparties en 104 chapitres, nous est parvenue dans un précieux manuscrit népalais datant du XI e siècle, lequel constitue la source principale de la présente édition critique. Faisant suite au volume 2 du Brahmayāmala édité par Csaba Kiss et publié dans la même collection, ce volume inclut la première édition et la traduction annotée de cinq chapitres de l’ouvrage. Le texte lui-même est précédé d’études spécialisées de thèmes traités dans ces chapitres, tels que les conceptions de la révélation et du canon propres au tantrisme śivaïte, l’histoire des rites de copulation, la mythologie de Bhairava, ainsi que l’iconographie et le symbolisme du bâton coiffé d’un crâne (khaṭvāṅga). À l’instar d’autres textes publiés dans la collection Early Tantra, cette étude du Brahmayāmala contribue à renouveler notre connaissance du śivaïsme tantrique et plus généralement de la religion dans l’Inde du début de la période médiévale.

Brahmayāmala, śivaïsme, tantrisme

Après une formation initiale au Goddard College de Washington jusqu’en 1998, Shaman Hatley s’est consacré aux études indiennes et à l’histoire des religions à l’université de Pennsylvanie, et a soutenu sa thèse de doctorat en 2007 sous la direction d’Harunaga Isaacson. Il a enseigné à Montréal à l’université de Concordia de 2007 à 2015, et est actuellement professeur (Associate Professor) d’études asiatiques et d’histoire des religions à l’université du Massachusetts, Boston. Ses recherches portent principalement sur le śivaïsme tantrique, le yoga, ainsi que sur le culte des divinités féminines dans l’Inde des débuts de la période médiévale.